Sophrologie et sommeil

Le sommeil étant la clé de notre système nerveux, il est primordial d’en prendre soin.

Il faut savoir que “l’effort” pour dormir écarte le sommeil. Si après 30 minutes, on ne s’endort pas, il vaut mieux se lever, lire, regarder la télévision plutôt que de se retourner dans son lit. On peut aussi, bien entendu, consulter son sophrologue qui pourra proposer un protocole.

Les enjeux et les bénéfices de l’intervention du sophrologue porteront sur l’amélioration de la qualité de vie du quotidien ce qui débouchera sur un vécu nettement plus positif, sur la restauration de la confiance de l’insomniaque dans sa capacité à dormir et sur l’amélioration de la qualité du sommeil et du réveil.

Pour mener à bien sa mission, le sophrologue dispose de différents outils :

Les exercices de relaxation dynamique : ces exercices, qui visent à contracter et décontracter le corps facilitent la prise de conscience de la détente du corps.

La sophronisation : le client du sophrologue va vivre une séance de “lâcher-prise” qui vise à détendre les muscles du corps. Il s’agit de renforcer la présence du corps dans la conscience tout en se libérant de toutes les tensions corporelles. Précisons qu’il ne s’agit pas de “visualiser” le corps mais bien de ressentir les messages et les sensations qu’il nous adresse. Cette sophronisation, qui nous amène dans un état de conscience modifiée, juste au bord du sommeil, est donc fondamentale dans le traitement du trouble du sommeil. Les sensations musculaires encore vives stimulent le cerveau qui ne déclenche pas le sommeil. Le “lâcher-prise” permet de glisser plus aisément dans le sommeil. La détente de certaines régions de notre corps semble plus particulièrement favoriser l’endormissement : le front, les yeux, le décollement de la langue du palais (position naturelle en état de sommeil), le bassin et le périnée. Il s’ensuivra une sensation agréable de lourdeur du corps et une sensation thermique.

La respiration : c’est une fonction essentielle à la vie, autonome certes, mais que l’on peut réguler et contrôler. La respiration, trop souvent superficielle, irrégulière ou bloquée débouche le plus souvent sur un mal-être. Il est donc nécessaire de bien réapprendre à respirer de manière abdominale  ce qui favorisera l’endormissement. On concentre alors son attention sur les deux temps de la respiration : l’inspiration qui remplit les poumons d’air et le corps d’une énergie nouvelle et l’expiration qui vide les poumons de tout ce dont nous n’avons plus besoin.

La visualisation : le client, ayant effectué son lâcher-prise et son approche respiratoire, va se retrouver dans un état de conscience proche du sommeil. C’est ce que l’on appelle le niveau sophroliminal dans lequel l’esprit devient très créatif. Un lien entre le conscient et l’inconscient peut s’établir. Le sophrologue lui suggèrera de laisser venir sur son “écran mental” des images positives en imaginant tout simplement sa journée, son coucher et son réveil du lendemain dans les moindres détails. Cet exercice sera pratiqué dans la journée afin que s’établisse un auto-conditionnement.

De plus, il faut savoir que 20 minutes de sophrologie équivaut à 2 à 3 heures de sommeil.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s